Archive pour août, 2009

Je me suis enfin trouvé un chien préféré

Mon Norvégien a toujours l'air de sortir de la sécheuse

Mon Norvégien a toujours l'air de sortir de la sécheuse

Comme certains le savent déjà, je suis un fan fini des chats; de presque toutes les sortes de chats. Et depuis que je me suis procuré mon premier chat à moi et à moi seulement, je suis tombé en amour avec cette race : Le norvégien des forêts (on dit parfois le chat des forêts norvégiennes), ou dans la langue d’origine, le Norsk Skogkatt.

Le Norsk Skogkatt a la particularité d’être de grande taille et d’avoir une fourrure laineuse, et une grosse queue en plumeau, afin de le protéger du froid. C’est un cousin du chat américain Maine Coon.

Cependant, je n’ai jamais vraiment su si j’aimais les chiens. Quand j’étais petit, je me faisait garder chez une famille qui avait un Boxer, et je le trouvais très drôle. C’est un chien jouet. Mais avec le temps, ça devient bien trop gros. C’est pourquoi je me suis toujours dit que si j’avais un chien un jour, ce serait un Boxer Nain. Mais je me suis toujours dit que je ne souhaitais pas vraiment avoir un chien, car non seulement je suis en appartement, mais j’ai déjà deux chats…

Mais en fin de semaine passée, au Camping 101% Métal, j’ai eu une révélation. Un couple de métalleux avaient emmené un gros chien blanc touffu et complètement mignon. Si gros et l’air si inoffensif, je me suis immédiatement dit « Si un jour j’ai un chien, ce sera un comme ça ».

Il s’agit d’un Montagne des Pyrénées. Ça ressemble à ça :

Montagne des Pyrénées 1Montagne des Pyrénées 2Montagne des Pyrénées 3Montagne des Pyrénées 4

Bref, je pense vraiment que finalement, je suis amoureux des toutous touffus qui ont l’air de sortir de la sécheuse ;)

Les fondations d’une société

L'importance des fondations

L'importance des fondations

Ce n’est certainement pas tous les jours que j’ai l’occasion d’avoir une courte discussion avec un fédéraliste militariste pro-américain conservateur et de droite (que de synonymes dans cette phrase!). Mais ça m’est arrivé cette semaine. Pas que j’aie eu bien le choix : le gars était là et accompagnait des gens que je côtoie.

Nous lui avons raconté que nous aimerions bien vivre quelques années en Suède pour savoir ce que ça fait de vivre dans un pays qui a des valeurs sociales qui nous conviennent beaucoup mieux.

Le monsieur nous a répondu « Oui mais tu savais que la Suède a eu un virage à droite important depuis les dernières années, car ils n’étaient absolument pas compétitifs économiquement. »

Le reste de la discussion a très peu d’importance. Mais ce qu’il m’a dit m’a quand même vraiment fait réfléchir, et j’en suis venu à une hypothèse.

Je crois fermement que peu importe le gouvernement en place et les vagues socialistes ou capitalistes qui  balaient un pays, ce pays dépendra toujours des valeurs qui sont profondément ancrées dans la vie de son peuple. Bref, peu importe ce que l’on construit, ce sont les fondations qui font une différence.

Si je garde l’exemple de la Suède, qui est depuis longtemps un exemple d’innovation en écologie et environnement, le fait qu’ils aient maintenant un gouvernement de centre droit n’a en rien affecté les valeurs profondes de ses habitants. Même s’ils consomment autant que quiconque, ils trouvent encore le moyen d’être des leaders en environnement, et aussi sur le côté social. Ils ont encore (quelque chose comme) 5 semaines de vacances par années, 10 jours de congés de maladie et quelques jours pour la famille. Pour eux, tout cela va de soi, ce n’est rien de très spécial.

Or, si on compare à nous, je pense qu’on a le résultat qu’on mérite. Les valeurs qui sont ancrées en nous sont des valeurs capitalistes, de travailleurs assidus, de consommateurs assidus, et peu importe ce qu’on essaiera de construire par dessus ces fondations sera le résultat que l’on voit aujourd’hui : 2 semaines de vacances par an, une société ou la protection de l’environnement est plus un outil de marketing qu’un réel souci, et où les gens se croient que recycler les boîtes de céréales c’est faire sa part pour la planète.

J’espère sincèrement être dans le champ et me tromper. Mais j’ai l’impression que c’est ce qui explique qu’on nomme toujours la Suède ou le Danemark comme « leader » dans tel ou tel domaine. Les gouvernements changent, les mœurs, pas… pas sans une longue bataille. On a du chemin à faire…

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin