Archive pour novembre, 2009

L’histoire finira par démontrer que « prêtrise » est synonyme de « pédophilie »

On dit souvent qu’on ne doit pas mettre tous les oeufs dans le même panier. On dit que généraliser est toujours une erreur.

Qu’en est-il lorsque les victimes de ces généralisations finissent par donner raison aux méchants généralisateurs?

J’ai lu il y a quelques moments que l’église catholique aurait protégé des prêtres pédophiles en Irlande. Est-on surpris? Est-ce une nouvelle choc? Pourquoi, moi, ne suis-je pas surpris? Pourquoi ai-je tendence à croire qu’il en est ainsi dans tous les pays?

On dira sans doute que les pédophiles parmis les prêtres sont une exception. Plus l’histoire avance, plus j’ai l’impression que les prêtres qui ne sont pas pédophiles sont maintenant l’exception qui confirme la règle.

Et ça, voyez-vous, ça me lève le coeur…

- Quand je serai grand je veux être prêtre. - C'est étrance, je suis grand, et je veux un jeune garçon.

- Quand je serai grand je veux être prêtre. - C'est étrange, je suis grand, et je veux un jeune garçon.

La foi aveugle... "Les prêtres pédophiles? C'est seulement un problème en Amérique..."

Respirer du nettoyant à clavier en aérosol

interventionDans ma vie, je crois en avoir entendu de toutes sortes, spécialement lorsqu’il s’agit de comportements tout à fait étranges, ou de folies complètement débiles.

J’ai déjà entendu parler d’un gars qui avait fumé du Drano, un nettoyant à tuyau extrêmement puissant. Des gens qui fument des feuilles mortes, ou n’importe quel truc qui leur tombait sous la main. Sans doute des folies de jeunesse, allez savoir, je ne connaissais pas ces gens.

Mais quand ce ne sont plus des erreurs de jeunesse, quand c’est rendu un mode de vie, il y a de graves questions à se poser.

Hier soir, nous avons regardé l’émission « Intervention » au poste américain A&E. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s’agit d’une émission qui, à la demande de parents et amis, suit le quotidien d’une personne qui a une dépendance quelconque pendant quelques jours, le but ultime étant de leur offrir une thérapie. Pendant une bonne partie de l’émission, on voit comment la personne s’est rendu aussi loin dans le problème, qu’est ce qui a causé la dépendance, et ce qui risque d’arriver si on ne fait rien. À la fin de l’émission, la personne dépendante doit affronter sa famille et un thérapeute qui tentent par tous les moyens de la convaincre d’aller en thérapie.

Dans l’émission d’hier, il s’agissait du cas d’Allison. Allison et sa soeur ont été victimes d’attouchements sexuels dans leur jeunesse. Ils en ont parlé à leur mère, et celle-ci n’a pas voulu les croire au début. Finalement, l’agresseur a été en cours, mais relâché, faute de preuves. Si sa soeur s’en est bien sorti, Allison a franchement mal viré. À 21 ans (je crois), elle est dépendante de certaines substances inhalantes. En gros, elle respire des produits d’air comprimé en boite. Vous savez, cette petite bonbonne d’air comprimée pour nettoyer les claviers? Elle en vide entre 8 et 12 par jour.

Juste lire ça dans la description de l’émission m’a jeté par terre. Mais ce fut autrement plus troublant de la voir inhaler directement dans les bonbonnes d’aérosol. Et surtout de voir l’effet que ça avait sur elle. À quel point une personne peut-elle souffrir pour avoir à vider 10 bonbonnes de substances chimiques en aérosol par jour?

Je ne me rappelle même pas de la conclusion. Ah, si. Elle a accepté le traitement. Elle est devenue sobre, et travaille maintenant dans un centre de traitement pour les personnes dépendantes aux drogues. Tout est bien qui finit sans doute bien.

Mais je vous le dit, c’était… troublant. Pas dégueu, mais troublant. Je vous offre quand même un extrait. Coeurs sensibles s’abstenir.

Image de prévisualisation YouTube

Je déplore un peu le côté « télé-réalité » de cette émission. Mais la plupart des gens dans cette émission s’en sortent. Quelques uns récidivent. J’imagine que la fin justifie les moyens…

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin