Archive pour janvier, 2010

La pizza métallique

Il y a un moment que je me dis que je vais faire ce billet. Un billet que j’écris autant pour le plaisir que pour éduquer mes fidèles lecteurs, en plus de raviver des souvenirs chez quelques autres.

Je veux parler de musique – de heavy métal, plus particulièrement – et spécialement de l’aspect passe-partout de ce genre musical. Car j’ai remarqué, dans ma carrière d’amateur de cette musique, que le métal absorbe et intègre très facilement différents genres de musique sans en perdre son essence. Et ce n’est pas nécessairement le cas dans les autres musiques.

Par exemple, si le classique accepte mal la présence de guitare électrique sans perdre son intégrité, le heavy metal digère tout à fait les éléments de musique classique sans perdre son essence.

C’est pourquoi j’ai décidé de comparer le heavy métal à la pizza. La pizza est un met international dont tous les pays ont leur propre version de la recette. On peut mettre n’importe quoi dedans, et il y aura toujours des gens pour en manger.

Laissez-moi donc vous faire part de mes recettes de pizza métalliques préférées qui proviennent de partout dans le monde. Notez que ce n’est pas parce que je connais ces recettes que je les mange toutes!

La Classique

La recette classique est de plus en plus populaire. Au départ, je crois que ça choquait beaucoup. Bien des gens ont levé le sourcil lorsque je leur ai parlé de l’un ou l’autre groupe métal qui comportait des éléments de musique classique.

Pour ce premier met, je vous ai préparé deux petites bouchées à saveur entièrement différente.

D’abord, le groupe Therion. Therion est un groupe tout à fait expérimental qui passe du coq à l’âne chaque fois qu’un nouvel album sort. Récemment, ils ont préparé un spectacle (et un CD) dans lequel ils étaient accompagnés d’un orchestre symphonique. Le but était de jouer certains des plus grands classiques de chez classiques.

Dans le CD appelé « The Miskolc Experience« , Therion reprend des classiques de Dvorak, Verdi, Mozart et Wagner, pour ne nommer que ceux-là. Je vous offre donc en entrée le classique de Verdi: « Vedi! Le Fosche Notturne Spotigle » qui, ironiquement, est très souvent entendu dans les publicités de restaurants italiens et de pizzérias. Veuillez ne pas tenir compte du fait qu’il n’y a pas vraiment de vidéo dans la dite vidéo.

Therion – Vedi! Le Fosche Notturne Spotigle
Image de prévisualisation YouTube

Dans le même genre une recette tout à fait différente du côté du groupe Haggard. Ce groupe, plutôt que de s’acoquiner d’un orchestre symphonique à temps partiel, est essentiellement un véritable orchestre à temps plein. Un orchestre métal, comportant ténors, pianos, claviers, violons, contrebasses, cloches, harpes, clavecins, flutes, hautbois et j’en passe. Si vous êtes un brin patient (ça prend du temps à partir) je vous suggère Eppur si Muove d’Haggard. Un véritable délice.

Haggard – Eppur Si Muove
Image de prévisualisation YouTube

La Jamaicaine

La recette jamaïcaine, je n’y goûte pas souvent. Mais les épices qu’elle contient donnent un goût tout à fait exotique à ce met qu’on pourrait appeler Reggae. Le groupe Skindred, d’Angleterre, a osé mettre un chant reggae sur du heavy métal – bien que la musique tombe parfois dans le côté « mainstream » du métal que j’apprécie moins. Ça vaut quand même la peine d’y goûter!

Skindred – Rock Roots Riot
Image de prévisualisation YouTube

Aux boulettes suédoises

Le groupe Månegarm nous fait déguster la Suède dans ce plat local. On y détecte très des garnitures tels que le violon et des chants propres à l’arrière pays, sans oublier le fumet que dégage les chants dans une langue étrangère mais combien fondante. Sans rire, ce groupe et un de mes préférés, sans doute parce qu’il laisse très bien transparaitre ce que j’imagine être la musique folklorique suédoise.

Månegarm – Hemfärd
Image de prévisualisation YouTube

Au gratin helvète

Cette version comporte un gout réhaussé d’ingrédients nous provenant de la Suisse. Eluveitie est un mini-orchestre donnant dans le métal et le celtique, mais sans tomber trop dans l’un où l’autre. C’est un mélange égal de tout ce qui est intéressant dans les deux genres. Ça fond dans les oreilles.

Eluveitie – Thousandfold
Image de prévisualisation YouTube

La pizza qui a du coffre

Voici une variété assez peu commune. Il s’agit d’un mélange de métal et d’opéra. Par « opéra » je ne parle pas que d’une voix féminine avec du coffre, mais également des répliques. Tout le monde chante opéra, comme un vrai opéra avec une histoire, voyez le genre? C’est Therion qui récidive ici sur un album qui, justement, était bâti sur l’idée des opéras de Wagner, en racontant la mythologie nordique.

Therion – Helheim
Image de prévisualisation YouTube

Recette centenaire et historique

On ne sait sans doute pas comment goûtait la toute première pizza. Quand on sait que le mot « pizza » est apparu en l’an 997, on ne risque pas de le savoir de sitôt. Mais en 997 c’est aussi l’époque des Vikings (790 à 1050). Eux aussi, j’imagine, devaient chanter, mais ce n’est pas non plus possible de savoir comment ça sonnait. Ceci dit, le groupe Heidevolk, des Pays-Bas, se sont fait une joie d’imaginer ce qu’aurait été le heavy métal à cette époque, en scandinavie.

Heidevolk – Het Gelders Volkslied
Image de prévisualisation YouTube

À l’asiatique

Le Japon aussi a une vision très locale du met dont il est question. Si, d’ordinaire, la retenue et la sobriété sont des vertus dans ce pays, ce n’est visiblement pas le cas dans la recette qui suit. Ici, tout est extravagant. Vous remarquerez les déguisements assez époustouflants, ces belles robes qui virevoltent, et ces pommes d’adam… Car oui, ce sont des messieurs, les membres du groupe Versailles. S’habiller en femme, au Japon, dans le mouvement Visual Kei, c’est tout à fait viril. Et, disons-le, fort spécial…

Versailles – Ascendead Master
Image de prévisualisation YouTube

Ingrédients divers et avariés

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de faire une pizza en y mettant tout simplement n’importe quoi – des ingrédients qu’on aurait jamais songé mettre dans une recette de pizza? C’est un peu ce que le groupe Finntroll a fait. En mélangeant la humppa (musique style polka pour les petits vieux) à leurs heavy métal, ils ont progressivement incorporé banjo, tuba, accordéons et rythmes style « de cirque » pour créer un style totalement unique : le troll métal. Ça fait quoi un troll? Ça tue et ça mange des chrétiens, essentiellement.

Finntroll – Ursvamp
Image de prévisualisation YouTube

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’espère que votre apétit musical sera rassasié ;)

Faits intéressants sur le Japon

En fin 2009, j’ai décidé que je retournerais aux études à temps partiel. Ce qui m’intéresse le plus, c’est la traduction. Et depuis 2 semaines, je suis un cours qui s’appelle « Introduction à la culture et à la langue japonaise » à l’UQAM.

J’ai pris ce cours pour me dérouiller et me remettre dans le bain des études. Il y a un moment que je ne suis pas allé à l’école, et je me suis dit que ce genre de cours, en plus d’être léger et intéressant, serait tout à fait adéquat pour une réintégration en douceur dans le milieu de l’éducation.

On dit souvent qu’en visitant le Japon, on a un incroyable choc culturel. Laissez-moi vous dire qu’en 2 cours, j’ai eu le temps de voir que je ne connaissais absolument rien du Japon. J’en ai appris autant en 6 heures que tout ce que j’ai pu lire / regarder sur ce pays. Et c’est aussi la raison pour laquelle j’ai décidé de vous faire une petite liste de faits intéressants que j’ai pris la peine de noter. Ce sont toutes des choses que je ne savais pas et qui m’ont un peu impressionné.

Je dois ajouter, cependant, que je me fie entièrement sur les informations de mon professeur, et que certaines informations seraient à vérifier. Notez que lorsque je commence un point par « traditionnellement », c’est parce que les choses ont changé ou sont en voie de changer depuis 2 décennies.

  • Le taux de cancer au Japon est 24 fois moindre qu’au Canada.
  • Le cancer du sein est plutôt rare chez les femmes du Japon.
  • Le faible taux de cancer serait dû, entre autres à l’alimentation (plus petites portions, fraicheur des aliments, faible teneur en gras, beaucoup de poisson, légumes et de thé vert)
  • Les Japonais font l’épicerie chaque soir pour s’assurer d’avoir des aliments frais.
  • Traditionnellement, les japonais ne parlent pas beaucoup. Le silence est une vertu. Vous remarquerez le nombre fréquent de points de suspension ( … ) dans les BD japonaises, par exemple.
  • Traditionnellement, l’homme silencieux était plus crédible qu’un homme volubile.
  • Les Japonais ont plusieurs niveaux de langage. Le langage de respect, le langage formel et le langage informel.
  • Avant d’appeler leur pays « Nihon », ils l’appelaient « Yamato » qui signifiait « La grande harmonie ».
  • Dans le but de ne pas briser cette harmonie, les japonais évitent de créer des conflits. C’est pourquoi ils adoptent souvent le langage nuancé.
  • Affirmer sans la moindre hésitation est trop direct pour les Japonais. Ils préfèrent laisser planer l’ambiguité. Par exemple, quelqu’un ne dira pas qu’il n’est pas d’accord, il dira plutôt « Je suis d’accord, mais… » sans rien ajouter. Ou encore, il gardera le silence. Cette ambiguité est indispensable pour maintenir l’harmonie dans la société.
  • Traditionnellement, la modestie et l’humilité sont des vertus au Japon. On doit se montrer modeste et il est mal vu qu’on exhibe son talent, son intelligence ou sa richesse. Un dicton dit « Le faucon intelligent cache ses griffes ».
  • Le langage de l’humilité disparait peu à peu depuis quelques décennies.
  • Les japonais ont tendance à refuser d’accepter un compliment. Ils insistent également que « ce n’est rien du tout » lorsqu’ils offrent un cadeau.
  • Au Japon, de nos jours, le niveau de scolarité prévaut sur la classe sociale.
  • Le groupe est plus important que l’individu, mais ça change avec le temps. Ils acceptent peu à peu l’individualité.
  • La plupart des compagnies garantissent un emploi à vie. Les mises à pied sont très rares au Japon.
  • Lors de la crise financière de 2009, Toyota a fait ses premières mises à pied importantes depuis 20 ans. Ils ont même continué à payer certains employés qu’ils ont mis à la porte.
  • Au Japon, c’est la compagnie qui donne la formation pour se spécialiser dans un emploi. Ils engagent les finissants des universités et les forment pour en faire des spécialistes.
  • Comme les emplois sont durables, le salaire dépend de notre ancienneté. Changer de compagnie n’est pas du tout avantageux.
  • On ne se présente jamais par sa spécialité, comme par exemple « Je suis ingénieur ». On se présente plutôt comme employé de la compagnie X. La compagnie est plus importante que notre profession.
  • Les syndicats sont présents mais ne font jamais rien contre le bon fonctionnement de la compagnie.
  • Les employés d’une entreprise préfèrent une baisse globale de leur salaire plutôt que laisser des gens perdre leur emploi.
  • La structure des entreprises est hiérarchiquement très verticale, mais les écarts de salaire entre les échelons sont petits.
  • Les employés sortent très souvent après le travail pour socialiser. Il n’est pas rare de ne presque pas voir sa famille un jour de semaine.
  • On éduque les enfants à être bien dociles et à respecter l’autorité. Il n’est donc pas rare de voir des crises d’adolescences assez violentes. D’ailleurs, plus les parents sont riches, meilleure est l’éducation de l’enfant, et plus docile il doit être. Il n’est pas rare de voir qu’un adolescent provenant d’une famille aisée ait des problèmes avec la justice, puisqu’il a refoulé tous ces sentiments pendant des années. La délinquance juvénile n’a à peu près rien à voir avec la pauvreté.

Voilà. Peut-être vous y connaissez-vous mieux que moi sur la culture japonaise; je vous invite donc à me corriger si j’ai fait des énoncés erronés ou faux. Il est possible que quelques uns de ces faits ne soient absolument plus d’actualité. Mais j’ose quand même espérer que mon professeur n’est pas trop à côté de la plaque !

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin