Archive pour "Biochimie culinaire"

Recette de chili à la viande qui sent bon

(le chili qui sent bon, pas la viande)

Préparation : 15min
Cuisson : 75min
Portions : 6

Ingrédients

  • 2 c. à soupe (30ml) de beurre
  • 2 lbs (1kg) de bœuf haché (ou du veau, tant que ça reste dans la famille)
  • 1 gros oignon, haché
  • 2 gousses d’ail hachées
  • Sel et poudre
  • 2 c. à soupe (30ml) de poudre de chili
  • 1 c. à soupe (15ml) de cumin en poudre (c’est ce qui fait tout le travail, on peut en mettre plus)
  • 1 c. à soupe (15ml) d’origan en poudre
  • 1 c. à soupe (15ml) de cacao en poudre non sucré (faclu… fatulca… heum.. « pas obligé! »)
  • 1 c. à thé (5ml) de cannelle en poudre (facultatif… voila!)
  • 1 boite de tomates de 19 oz (796ml)
  • 2 tasses (500ml) de bouillon de poulet
  • 1 boite de 19oz de haricots rouges, rincés et égouttés (très important de bien rincer)
  • 2 tasses (500ml) de Cheddar râpé (recommandé par les hautes instances gastronomiques)

Cuisson

  1. Dans un chaudron, faire fondre le beurre et faire dorer le bœuf haché. Ajouter de l’oignon et l’ail, et poursuivre la cuisson 5 minutes. Saler et poivrer.
  2. Ajouter les épices, les tomates et le bouillon de poulet. Vérifier l’assaisonnement et faire cuire à feu doux, à découvert, pendant environ 1 heure.
  3. Ajouter les haricots rouges 15 minutes avant la fin de la cuisson
  4. Garnir de cheddar et servir accompagné de tortillas (ou à l’intérieur de ceux-ci, pour les débrouillards)
  5. Trouver que ça sent bon, et déguster goulument.

[ Recette originale sur www.recettes.qc.ca ]

Biochimie culinaire pour les nuls

Vous avez sans doute remarqué que j’ai certaines tendences culinaires sur ce blogue. Je suis du genre à poster des recettes au nom de je ne sais quelle motivation chaudronique, simplement parce que j’ai essayé une recette et que je l’ai aimée.

Ça tient quand même du miracle, car il n’y a pas si longtemps, ma seule et unique devise gastronomique se limitait à « Si ça prend plus de temps à préparer qu’à manger, ça n’en vaut pas la peine ». Seulement, j’ai remarqué avec le temps (et avec ma psy) que dans tous les domaines, la motivation ne vient pas en premier. La motivation vient après l’action. On essaie, et là on découvre qu’on aime et qu’on veut continuer. Si c’est vrai pour moi, c’est vrai aussi pour les autres incompétents culinaires.

J’ai donc décidé de créer une catégorie « Biochimie culinaire » sur ce blogue, dans laquelle je posterai des recettes. Pas n’importe quelles recettes. Des recettes que j’ai moi-même essayées, charcutées et personnalisées. Car, comme l’a si bien dit mon pote Dark Remi of Doom : « Cuisiner c’est mâle, ce n’est pas être un homme rose. D’abord que tu cuisines pas une salade de cressons et d’endives. »

Mes anciennes recettes sont ajoutées à cette catégories. Je vous invide donc à faire un homme de vous (mesdames vous êtes les bienvenues) et à vénérer la suprémacie du wok comme je le fais depuis un certain temps.

Bon apétit.

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin