juin 17 2008


Le Détracteur Constructif

Comment c’est fait, le français?

Publié à 12:32 sous la catégorie Actualité, Débat de société, Fait Français, Médias

Z-Tele en français

Que ce soit ici ou hors-blogosphère, j’enfile souvent mon costume de Contracteur Destructif pour dénoncer des entreprises ou médias qui ne respectent pas ou qui négligent la langue française.

Par exemple, je suis le premier à dénoncer Musique Plus qui se content souvent de sous-titres remplis de fautes d’orthographe, plutôt que d’avoir recours à une traduction en bonne et due forme.

Mais je trouve aussi qu’on se doit de féliciter les entreprises et médias qui non seulement respectent le français (je l’ai déjà fait ici pour la Boutique EB), mais qui ont également recourt à des termes enrichis, moins connus, mais tout de même des mots terminologiquement on ne peut plus exacts.

Je pense ici à l’émission “Comment C’est Fait” présentée à Z-Télé. Bien que j’ai toujours douté de l’idée d’avoir Jean-Luc Brassard comme narrateur, le français et les termes utilisés n’en sont pas moins riches et diversifiés.

Comme il a souvent été démontré que dans certains domaines, la terminologie adéquate et en français est rarement utilisée. Par exemple, je pense ici à la formation en mécanique, ou parfois à l’informatique. Ceci dit, dans ce dernier domaine, j’ai eu moi même l’expérience d’une professeure (d’origine portuguaise) qui insistait pour que nous utilisions le français le plus possible dans notre programmation.

Comme je le dis souvent… plus ça va mal, mieux ça va. Plus le français est bafoué, plus les gens se lèvent pour le défendre. Tant mieux, mais ce n’est quand même pas ainsi que cela devrait se passer.

Les Québécois sont un peuple qui n’agit pas, mais qui réagit.

Il y a encore beaucoup à améliorer…

Un billet signé Le détracteur Constructif

8 commentaires

8 commentaires pour “Comment c’est fait, le français?”

  1. Alexle 17 juin 2008 à 1:27 1

    Ce qui est le plus triste là-dedans, c’est que Musique Plus est regardé surtout par des jeunes et on les remplit donc de télé-réalités débiles et mal traduites… Pas très rassurant pour la suite, ça. Mais c’est bien de souligner les bonnes initiatives comme cette émission.

  2. Le Détracteur Constructifle 17 juin 2008 à 1:35 2

    @Alex: Bien vu. J’espère que plusieurs jeunes aiment bien “Comment c’est fait” également…

    Un commentaire du Détracteur Constructif

  3. Noisette Socialele 17 juin 2008 à 3:18 3

    Ah ça c’est vrai, pour réagir, on réagit! Surtout dans nos salons…

  4. Alexle 17 juin 2008 à 5:29 4

    @Noisette> Wow ! On serait donc sportifs de salon, critiqueux de salon, militants de salon… Finalement, on est des Québécois de salon ? Le jour où les salons disparaissent, on est finis. Mouhahahaha !

  5. Félixle 17 juin 2008 à 5:54 5

    J’ai remarqué qu’il y a une certaine vague honorifique envers le français venant des anglophones dernièrement. Mon patron à décidé, à ma grande stupéfaction, de lancé une version francophone de notre système informatique sans que nous le demandions. Il y a, comme tu l’avais mentionné sur ton billet sur la “boutique EB”, la radio anglophone qui mentionne les noms d’entreprise locale avec leur nom francophone malgré le fait qu’ils possèdent un équivalent anglophone connu (j’écoute principalement la radio anglaise car il y a de la musique sans interruption d’humoriste stupide et immature sans compter le fait que mon collègue s’endort lorsqu’il écoute de la musique classique, donc pas de CJPX en sa présence) et je ne mentionnerai pas le nombre d’anglophone qui désirent que nous leur parlions en français pour les aider à se pratiquer.

    La plus belle symbiose que je possède est avec notre technicien en chef. Nos conversation commence, habituellement, en français pour virer en anglais lorsqu’il butte sur un terme dont il ne connait pas pour retourner au français par la suite. Dernièrement, ont dirais que les anglais ce battent plus pour le français que la majorité des québécois… mais il se peut que cela ne soit qu’une impression.

    En ce qui concerne le rôle de Jean-Luc Brassard dans l’émission, ont ne peut pas qu’il a un impact tellement il est peu significatif. À vrai dire, son abscence ne changerais absolument rien à l’émission.

  6. Alexle 17 juin 2008 à 6:40 6

    @Félix> Wow ! Ton témoignage me ramène un peu d’optismisme en cette journée que je trouvais sombre. C’est vrai qu’on devrait plus souligner tous ces efforts des anglos qui tentent de se rapprocher de nous. Car il ne faut pas mettre tous les anglophones dans le même bateau, certains (pas tout) nous aiment beaucoup. Il y a des francophiles (adjectif et nom: qui aime la langue française ou qui a de l’amitié envers la France et les peuples parlant français) parmi les anglophones.

  7. lalyle 18 juin 2008 à 4:25 7

    mais tout de même des mots terminologiques (sic
    ) on ne peut plus exacts

    oubedon…

    mais tout de même des mots terminologiquement on ne peut plus exacts

    tintwé

    http://mademoisellesurprise.blogspot.com/2004/02/terminologiquement-cela-vacille-encore.html

    allooui!

  8. Le Détracteur Constructifle 18 juin 2008 à 9:50 8

    @Félix: Ce qui est intéressant dans ton histoire de bureau est le bout de phrase “sans que nous le demandions”. Voilà qui est très intéressant, car à certains endroits ça devient un réflexe, et c’est ÇA l’odeur de la… pas de la “victoire” mais bref le but à atteindre.

    De mon côté, au bureau, une nouvelle employée est anglophone et ne parle pas beaucoup français (parce que mal à l’aise avec le fait qu’elle le le maîtrise mal). Hé bien crois-le ou non, il ne m’a fallu que lui montrer à quel point mon anglais parlé est médiocre (je l’ai exagéré un peu aahah) pour qu’elle montre un bel effort de français chaque fois qu’elle me parle.

    @Alex: On ne peut pas mettre tous les anglophones dans le même panier, en effet.

    @Laly: Ha! Merci je vais corriger cela

    Un commentaire du Détracteur Constructif

Rétrolien | Comments RSS

Publier un commentaire