déc 18 2008


Le Détracteur Constructif

Ici, on commerce en français

Publié à 12:18 sous la catégorie Actualité, Débat de société, Fait Français, Politique

En français!

Ce matin à la radio, j’ai entendu Louis-José Houde.

Il nous racontait, dans une publicité, que s’il voulait aller au restaurant et acheter des enchiladas, des tortillas et autres aliments au nom exotique, c’était son droit. Mais s’il y a une seule chose à laquelle il s’attend au Québec, c’est d’être servi en français.

Plutôt sympathique. Selon la publicité, le gouvernement du Québec fait campagne pour le fait français, encore une fois. Mais pour changer, ils ont décidé maintenant de distribuer des autocollants qui disent “Ici, on commerce en français“. La publicité, en gros, nous dit de chercher les boutiques marquées du logo.

Maintenant, j’imagine que c’est une bonne idée, somme toute. Si la campagne est très, très efficace et que toutes les boutiques francophones affichent ce logo, je n’entrerais peut-être plus dans une boutique qui n’en contient pas.

Mais c’est aussi facile pour une boutique qui ne respecte pas le français de se procurer un autocollant et de l’afficher sur sa vitrine. Aussi, si plusieurs commerces francophones ne se procurent pas l’autocollant, peut-être les gens les éviteront-ils même s’il respecte le français.

Ou peut-être même pire, des vandales voudront peut-être s’attaquer aux commerces qui n’arborent pas le logo, même si ceux-ci respectent la langue.

Bref, c’est douteux, mais l’intention est là… Reste à voir si les commerçants prendront cette campagne au sérieux, et si les gens feront aussi cet effort…

Un billet signé Le détracteur Constructif

11 commentaires

11 commentaires pour “Ici, on commerce en français”

  1. Médiateur Farceurle 18 déc 2008 à 1:56 1

    Ouin, je suis mitigé. Ce n’est pas une mauvaise initiative, mais…
    Je me demande si la publicité sera assez diffusée pour créer un réel impact d’envergure. De plus, l’idée des collants… je ne suis pas certain que ça va fonctionner. Nous allons certainement en trouver quelques uns, mais ça ne fera sûrement pas unanimité.

    Si on commence à “marquer” ceux qui parlent français, on se dirige vers une résistance plus forte des anglophiles. Ceux-ci vont se sentir brimés et la communication va être perdue. Je ne crois pas que catégoriser les commerces pourraient vraiment aider. Au Québec on a une belle tradition de ghettoïser ceux qui ne sont pas comme nous. Je n’aimerais pas voir nos politiques continuer dans ce sens.

    Tant qu’à moi, le meilleur incitatif, si on vous sert en anglais et que ça vous dérange, est de quitter l’endroit en français. Si tout le monde le faisait, plusieurs commerces fermeraient ou adopteraient le français pour survivre.

    Sinon, l’OQLF devrait aussi trouver des messages qui cibleraient ces commerçants anglophones (à Montréal surtout). Conscientiser les francophones c’est bien, mais aller un peu plus loin serait encore mieux. D’ailleurs, ça n’a pas déjà été tenté ?

  2. Le Détracteur Constructifle 18 déc 2008 à 3:53 2

    @Le Mediateur Farceur : Oui ça a en effet été tenté, d’une manière plutôt timide. J’en ai parlé d’ailleurs sur ce billet.

    C’était une initiative radio, et je n’ai pas l’impression que ça a rejoint le public ciblé. Même que je ne serais pas surpris si on me disait que ça a fait long feu. Quand on ignore les francophones, en général on les ignore pour de bon

    Évidemment, une résistance plus forte des anglophiles créera aussi une contre-attaque plus forte des francophiles, mais on ne règle pas du tout le problème. L’important, je crois, serait qu’il y ait des conséquences directes (et pas nécessairement violentes) pour les commerces qui n’offrent pas un service en français. Que ce soit moins de ventes, plus d’impôts, une infraction, peu m’importe…

    Un commentaire du Détracteur Constructif

  3. Anarcho-pragmatistele 18 déc 2008 à 5:53 3

    Ce n’est pas au gouvernemaman de forcer les commerces à servir les gens en français. Ce sont aux clients d’amener les commerces à servir les gens en français!

    Québec Solidaire est-il vraiment séparatiste?

    http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/12/18/quebec-solidaire-est-il-vraiment-separatiste/

  4. Alexle 18 déc 2008 à 6:08 4

    Sais-tu, je sais que je ne serai pas vraiment dans le sujet, mais avec toutes ces histoires de langue française (surtout dans la métropole) et de langue anglaise qui ont ressorties cette année, j’ai le goût de lire l’essai de Christian Dufour: Les Québécois et l’anglais: le retour du mouton. Déjà que le topo récent sur le débat aux Francs-Tireurs avec justement M.Dufour m’a donné une petite envie de le lire.

  5. Le Détracteur Constructifle 18 déc 2008 à 7:25 5

    @Anarcho-pragmatiste : Fort bien. Mais les gens n’ont aucune fierté et aucun principe, et si on se fiait au peuple, on ressemblerait de toute façon à un pays d’idiots (c’est quand même le peuple qui vote hein, regarde ce que ça donne)…

    Avec un peuple aussi immature en général, ça revient au gouvernement de faire appliquer de genre de règles.

    @Alex : Ha! Jamais entendu parler, mais je ferai mes devoirs et m’informerai! Merci!

    Un commentaire du Détracteur Constructif

  6. angie22le 19 déc 2008 à 1:01 6

    salut!

    désolée de “squatter” ton blogue mais j’ai juste pas trouvé ton courriel. je voudrais savoir si tu étais capable de faire de la mise en page de documents (style journalistique) et si oui, si tu serais intéressé à collaborer bénévolement à mon journal. il va de soi que je voudrais pouvoir payer pour tes services, mais je suis seule à financer l’impression de mon journal et je n’ai vraiment pas les moyens de me payer un infographiste. avant de mettre une annonce pour en trouver un bénévole sur internet je me demandais si ça t’intéresserait. si tu veux en savoir plus sur mon journal tu peux m’écrire pour en avoir une copie par courriel.

  7. Fagstein » Ici on tue personnele 20 déc 2008 à 3:00 7

    […] it would be fairly simple to just lie, put up one of those stickers and then promptly ignore it. People do that with alarm system stickers all the […]

  8. daborle 21 déc 2008 à 1:13 8

    bonjour, moi je cherche cet autocollant pour le mettre sur la vitrine de mon commerce pour l encourager, meme si mon café s appels l hexagone qui est assez clair et que je viens de vrance mais j ai le gout de mettre l épaule a la roue, et je peux vous dire aussi que si je rente dans un commerce et que personne ne parle francais, moi je sors direct et je n achete rien.

  9. Lawrencele 21 déc 2008 à 7:00 9

    Quel est le problème avec les commerces? Je suis parfaitement bilingue. Je ne me suis jamais vraiment poser la question. En tant que québécois d’origine chinoise, je trouve cette campagne même insultante. Si j’entre dans un commerce dont la vitrine est ornée d’un tel autocollant, et je parle anglais, dois-je m’attendre à ce qu’on me montre la porte? Le pire c’est que je me fait toujours servir en anglais même si le vendeur est francophone et a clairement du mal avec son anglais. J’ai beau répondre en français, le vendeur va tout de même insister avec son vieil anglais pâteux.

    Cette histoire de langue est absurde. J’ai bien hâte au jour ou les gens vont prendre conscience que la langue c’est un moyen de communication, pas un droit, ni une fierté. Ma fierté est de pouvoir m’exprimer en 3 langues et que tous les Québecois me comprennent. Pour l’instant, on peut se contenter d’un sticker. That’s right. Un sticker. Autocollant, n’importe quoi.

  10. Anarcho-pragmatistele 22 déc 2008 à 5:39 10

    “Avec un peuple aussi immature en général, ça revient au gouvernement de faire appliquer de genre de règles.”

    Voilà l’erreur, le Québec doit être plus mature AVANT de se séparer!

  11. Le Détracteur Constructifle 22 déc 2008 à 7:03 11

    @Dabor: Je n’ai malheureusement aucune idée de la personne à contacter pour ces autocollants.

    @Lawrence: Alors c’est que vous n’avez pas compris. Vous pouvez bien parler la langue que vous désirez, c’est n’est pas vous le problème, mais bien le fait que les commis des boutiques ou restaurants ne répondent pas en français.

    Là où vous vous trompez, c’est qu’au moment où il existe une loi sur la langue, exigée que cette loi soit appliquée devient effectivement un droit.

    @Anarcho-pragmatiste: Tout à fait. Nous méritons vraiment pas le pays du Québec, franchement. Noisette, moi et d’autres amis, parfois, regardons aller les gens et on se dit “Dire que c’est avec CES GENS LÀ que j’veux faire un pays”. Y’a qu’à regarder le résultat des élections.

    Mais en effet, les Québécois ne sont pas matures. Mais personnellement, je n’associe pas maturité avec “peuple indépendant du gouvernement”. Je n’aime pas plus l’état trop maternelle non plus. Il faut vraiment s’activer pour effectuer des exercices de réelle démocratie, en premier lieu…

    Un commentaire du Détracteur Constructif

Rétrolien | Comments RSS

Publier un commentaire