Les fondations d’une société

Bonjour! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez peut-être vous inscrire à mon fil RSS. Merci de votre visite.

L'importance des fondations

L'importance des fondations

Ce n’est certainement pas tous les jours que j’ai l’occasion d’avoir une courte discussion avec un fédéraliste militariste pro-américain conservateur et de droite (que de synonymes dans cette phrase!). Mais ça m’est arrivé cette semaine. Pas que j’aie eu bien le choix : le gars était là et accompagnait des gens que je côtoie.

Nous lui avons raconté que nous aimerions bien vivre quelques années en Suède pour savoir ce que ça fait de vivre dans un pays qui a des valeurs sociales qui nous conviennent beaucoup mieux.

Le monsieur nous a répondu « Oui mais tu savais que la Suède a eu un virage à droite important depuis les dernières années, car ils n’étaient absolument pas compétitifs économiquement. »

Le reste de la discussion a très peu d’importance. Mais ce qu’il m’a dit m’a quand même vraiment fait réfléchir, et j’en suis venu à une hypothèse.

Je crois fermement que peu importe le gouvernement en place et les vagues socialistes ou capitalistes qui  balaient un pays, ce pays dépendra toujours des valeurs qui sont profondément ancrées dans la vie de son peuple. Bref, peu importe ce que l’on construit, ce sont les fondations qui font une différence.

Si je garde l’exemple de la Suède, qui est depuis longtemps un exemple d’innovation en écologie et environnement, le fait qu’ils aient maintenant un gouvernement de centre droit n’a en rien affecté les valeurs profondes de ses habitants. Même s’ils consomment autant que quiconque, ils trouvent encore le moyen d’être des leaders en environnement, et aussi sur le côté social. Ils ont encore (quelque chose comme) 5 semaines de vacances par années, 10 jours de congés de maladie et quelques jours pour la famille. Pour eux, tout cela va de soi, ce n’est rien de très spécial.

Or, si on compare à nous, je pense qu’on a le résultat qu’on mérite. Les valeurs qui sont ancrées en nous sont des valeurs capitalistes, de travailleurs assidus, de consommateurs assidus, et peu importe ce qu’on essaiera de construire par dessus ces fondations sera le résultat que l’on voit aujourd’hui : 2 semaines de vacances par an, une société ou la protection de l’environnement est plus un outil de marketing qu’un réel souci, et où les gens se croient que recycler les boîtes de céréales c’est faire sa part pour la planète.

J’espère sincèrement être dans le champ et me tromper. Mais j’ai l’impression que c’est ce qui explique qu’on nomme toujours la Suède ou le Danemark comme « leader » dans tel ou tel domaine. Les gouvernements changent, les mœurs, pas… pas sans une longue bataille. On a du chemin à faire…

Catégories : Actualité, Débat de société, Politique, Solidarité

Étiquettes : , , Société, , Valeurs

8 réponses to “Les fondations d’une société”

  1. Alex  on août 26th, 2009

    Hum… Sais-tu, tu poses une foutue de bonne théorie. Elle est déprimante en ****** parce que nos fondations sont faites toutes croches mais, intéressante ! Ça explique peut-être aussi pourquoi on est pas capable de réparer nos rues et que nos constructions ont toujours l’air de vouloir s’effondrer… ;)

  2. Le Détracteur Constructif  on août 27th, 2009

    Alex : Oui en effet ce n’est qu’une théorie, mais il y a un fait là-dedans, c’est que nos valeurs collectives de base sont à revoir.

    Là où les valeurs collectives ont de l’allure, il pourrait passer un ouragan capitaliste, je ne pense pas que ça changerait vraiment.

    Vivement la Suède.

  3. DarK Rémi oF DooM  on août 27th, 2009

    Triste réalité que la nôtre en effet. Ceci dit, bien que les valeurs sociales puissent être très positives en Suède, il ne faut pas oublier les divergences culturelles impliquées et la façon d’être inhérente à chaque peuple. Ainsi, avant de décider d’habiter quelque part d’un point de vue théorique, j’irais sonder le terrain. ;)

  4. Manx  on août 28th, 2009

    Selon la CNTQ, après 5 ans de bons et loyaux services, l’employeur doit donner accès à 3 semaines de vacances payées (avec une indemnité accrue de 6%). C’est 4 semaines si on travaille dans l’industrie du vêtement (morale de l’histoire: je vais me convertir comme ingénieur dans l’industrie textile!).

    Les moeurs d’un groupe sont difficiles à changer. Les gouvernements passent, mais ce sont toujours les mêmes personnes qui votent pour eux. Ça prend presque une génération complète pour faire changer les mentalités, et encore…

  5. Le Détracteur Constructif  on août 28th, 2009

    @Manx : C’est encore loin des 5 semaines automatiques de cette chère Scandinavie ;)

    Depuis les résultats de la révolution tranquille les choses ont changé en effet en à peu près 20 ans… C’est long! Il peut s’en passer de la merde, en 20 ans ;)

  6. Le Détracteur Constructif  on août 28th, 2009

    @Dark Rémi of Doom : Clairement que j’irais, mais je sais d’avance que ça me conviendrait.

    Je me demande si visiter L’Anse-aux-Meadows conviendrait pour ce qui est de « tâter le terrain » héhéhé

  7. DarK Rémi oF DooM  on août 31st, 2009

    Je ne sais pas si cette visite se qualifierait d’inspection des lieux mais ça serait au moins extrêmement divertissant et intéressant!

  8. Grégoire  on septembre 9th, 2009

    Bonjour !
    Je viens de découvrir ton papier et …me permet d’y réagir car je suis français et vis en Suède puis maintenant bientôt 4 ans.
    Certes, il y a actuellement un gouvernement de centre droit (j’aurai tendance à dire ….de Centre tout court) mais il faut savoir qu’il succède à près de 60 ans quasi continus de gouvernements sociaux démocrates.
    Donc, ce n’est pas en 3 / 4 ans que l’on change fondamentalement un pays.
    Ensuite, c’est évident qu’il y a des « avantages sociaux  » importants dans le pays mais bon…tout n’est pas rose : le système de santé ou le système d’indemnisation du chômage par exemple !

    Enfin, la Suède a été très marquée par une théroei développée au début des années 1900 par un danois. Il s’agit du principe de « Jante lagen » (dsl, je ne suis plus certain de l’orthographe). Son approche est de dire que l’on n’est pas meilleur que l’autre et que nous sommes tous égaux ! Au final, cela fait une société très homogène (peut être trop à mon gout) qui se bat, dans la même direction, pour le respect de ses concitoyens….avec au final, des lois vraiment respectueuses de la personne.
    C’est peut être cette redécouverte du « Vivre ensemble » et du sens de notre présence sur terre qui fait cruellement défaut dans bon nombre de société, non?


écrire une réponse