oct 26 2008


Le Détracteur Constructif

Un petit vidéo drôle à vous mettre sous la dent

Catégorisé sous Divers, Humour

Voilà, je n’ai pas trop d’inspiration ces derniers temps.

J’ai quelques sujets qui mijotent, mais en attendant, laissez-moi vous offrir ce petit vidéo pour la promotion du rugby en République Tchèque.

Un billet signé Le détracteur Constructif

3 commentaires

oct 22 2008


Le Détracteur Constructif

C’est bien beau la traduction en français, mais il y a des limites à ne pas dépasser

Catégorisé sous Fait Français, Solidarité, Technologie

Le présent sujet a été quelque peu reporté, mais pas beaucoup. Pourtant, il ne date pas d’hier, mais de l’automne 2007.

Je me suis récemment acheté le jeu “Super Mario Galaxy” pour ma console Wii. Le jeu, qui fête son premier anniversaire cet automne, est très amusant, mais certains éléments linguistique qu’on y retrouve le sont moins.

En effet, la version franco-canadienne du jeu a été traduite en un français plus que douteux. Certains diront en joual, mais même encore, je ne suis pas certain que le terme convienne tout à fait… le joual parlé dans la rue, c’est une chose, mais le joual lu dans un jeu vidéo, ça ne colle pas. Ça diffère du joual que l’on retrouve dans une conversation MSN, ou même dans les sous-titres de films québécois.

Voici quelques exemples que j’ai pu retrouver sur le net, qui apparaissent dans le jeu :

  • On a des bombes en masse, t’veux tu t’en servir pour faire exploser les vidanges dans le coin ?
  • On peut pas laisser ses vidanges icitte et s’attendre à ce que je m’en occupe.
  • Cette job n’est pas pantoute facile!
  • Aggripe-toi (sic), quel fun noir!

Les pseudo-mots “toé” et “moé” refont surface régulièrement dans le jeu.

De plus, ce ne sont pas tous les personnages qui parlent ainsi. Seulement quelques uns, disons 1 sur 3. À force de jouer, on a l’impression que les personnages idiots parlent ainsi, et les autres parlent un français respectable.

Selon Nintendo Canada, cet exercice a été effectué pour rejoindre un peu plus les jeunes francophones du Canada. Il va sans dire que l’Union des Artistes et l’Office Québécois de la Langue Française s’oppose farouchement à l’utilisation du joual, clâmant que cela n’améliore en rien la qualité du français chez les jeunes… argument que je ne saurais réfuter.

Bref, bien déplorable, car le reste du  jeu est très amusant. Il me semble que le minimum aurait été d’offrir une option “joual” et “non joual” dans les options… et si je fais fi du sarcasme, j’aurais grandement préféré une version en français international.

Il semble que Super Mario Galaxy ne soit pas un cas isolé, car on rapporte que le jeu Legend of Zelda : The Phantom Hourglass pour la Nintendo DS aurait subi un traitement semblable. Les deux jeux sont des franchises appartement exclusivement à Nintendo. Quant aux autres entreprises de jeu vidéos (ça inclut Nintendo), ils ont signé en septembre 2007 une entente avec l’OQLF comme quoi tous les jeux seront traduit en français d’ici 2009.

Parlant de l’OQLF…

Je me suis toujours demandé ce que le mot “office” venait faire là dedans… C’est comme l’ONF. En français on dit l’Office National du Film. Et en anglais, on dit National Film Bureau. Vous ne trouvez pas cela étrange vous? C’est le monde à l’envers…

EDIT: Je me suis gouré, l’ONF en anglais c’est National Film Board. Merci Médiateur Farceur. Cependant, ça ne change rien au fait qu’on utilise “office” en français, et “bureau” en anglais, et que je trouve ça étrange, na.

Un billet signé Le détracteur Constructif

24 commentaires

oct 19 2008


Le Détracteur Constructif

Voter pour les idées, dans un monde imaginaire…

Utopie…

Depuis que je suis le moindrement politisé, je dénonce le fait qu’une partie plus ou moins importante de la population ne vote pas en ayant en tête les bonnes raisons.

Je m’explique. En démocratie, tout le monde a le devoir droit de voter pour qui il veut, pour les raisons qu’il veut. C’est bien, c’est beau, tout le monde est prêt à défendre cela. Cependant, cette démocratie comporte plusieurs défauts, et l’un des pires, à mon avis, est que les gens peuvent voter pour tel ou tel parti pour des raisons tout à fait ridicules. En voici quelques exemples :

  • Tel ou tel candidat “fait propre“, il s’habille bien et il parait bien. Il aura mon vote.
  • Je vote pour une femme, sans savoir ce que son parti propose, parce que ma petite soeur qui n’a pas le droit de vote m’a demandé de faire ainsi (j’ai déjà entendu ça!)
  • Ce parti propose de terminer l’autoroute 30 alors je vote pour lui (ils l’ont tous fait, non?).
  • Je vote pour ce parti parce que dans ma famille, on a toujours fait comme ça.
  • Je veux voter pour monsieur Mulroney, mais il n’est pas dans la liste, alors je vote celui où ça dit “Parti Conservateur” (fait vécu m’a été raconté, et que j’ai quelque peu déformé).

Oui, c’est ça la démocratie. Mais peut-on s’entendre pour dire que c’est aussi une partie du problème? En général, les gens regardent un peu les nouvelles, se font une idée sur un parti, regardent peut-être le débat des chefs… Mais combien ont lu le programme des partis? Combien peuvent répondre “Mais sur la question de [insérez un sujet ici], que propose ce parti, concrètement?“. Quelques uns le peuvent. Mais de tous les électeurs qui exercent leur droit de vote, ils sont une minorité.

Donc, les gens en général votent pour ce qui les rassure, ce qui leur plait, ou ce qui risque de rapporter le plus à leur petit nombril. Cependant, chacun se dit qu’il faut être équitable, qu’on doit aller plus loin en matière d’environnement et de justice sociale, tout en conservant une économie forte. Leur vote reflète très rarement le genre d’avenir qu’ils souhaitent, car ils n’ont pas voté en ayant en tête les bonnes raisons.

Voici où je veux en venir…

J’ai l’impression que la politique est beaucoup trop centrée sur l’image et les personnes, et pas assez sur les idées. Si un candidat se plante royalement au débat des chefs, ou s’il n’a absolument aucun charisme, il baisse dans les sondages et dans les intentions de vote. Et ce, même si les idéaux de son parti reflètent bien l’idée d’avenir que les citoyens se font. Bref, les gens votent pour un chef, un leader… Les idées, c’est secondaire. D’ailleurs, rien n’est plus vrai depuis le 14 octobre dernier, vous en conviendrez.

C’est pourquoi je dis souvent qu’il serait sans doute un peu plus démocratique de faire en sorte que les gens votent pour les idées, et non les personnes. De faire en sorte que les gens qui n’ont pas lu les programmes des partis puissent ne pas être désavantagées au niveau de l’information pertinente. J’imagine alors une élection basée sur les idées, où les gens ne doivent pas cocher le nom d’un candidat, mais bien l’idée qui leur plait le plus. Pigée parmi un multitude de sujet, la question serait du genre “Laquelle des propositions suivantes préférez-vous concernant l’environnement?“, suivi de différents passages provenant des programmes de partis. L’électeur met donc le X à la proposition qu’il préfère, et dépose son bulletin de vote dans l’urne. L’électeur suivant a droit à une autre question sur un sujet différent.

Évidemment, il s’agit là d’un système tout à fait utopique qu’il serait pratiquement impossible de mettre en place. Mais chaque fois que j’y pense, je me dis que la société s’en porterait probablement mieux. Et ici, pas de votes pour le monsieur qui paraît bien, ou pour le vieux parti pour lequel toute la famille a toujours voté. À moins, évidemment, que les électeurs soient très bien informés et aient reconnu les propositions. Mais encore, les gens mal informés voteraient-ils pour ce qu’ils pensent être le mieux, et non pour l’image d’une personne.

Bien sûr, plusieurs trouveraient le moyen encore de voter pour les mauvaises raisons… chaque système a de grands défauts. Mais on peut toujours rêver…

Un billet signé Le détracteur Constructif

6 commentaires

oct 16 2008


Le Détracteur Constructif

Élections : Nous n’avons pas gaspillé 300 millions de dollars

Depuis que nous connaissons le résultat des élections, cela fait plusieurs fois que j’entends cela. “Tout ça pour rien, en plus ça a coûté 300 millions de dollars“. Même hier, le très ordinaire Journal de Montréal avait quelque chose du genre comme titre.

Je suis prêt à comprendre que certains soient déçus, comme je le suis, des résultats. Je suis prêt à comprendre que finalement très peu de choses ont changé, les Conservateurs étant encore au pouvoir, et toujours minoritaires.

Là où je ne cèderai pas d’un pouce, c’est sur la prétendue inutilité de cette élection.

Je ne crois pas une seule seconde que l’exercice démocratique qu’est une élection puisse être inutile. Peu importe les coûts. Nous avons eu une élection, et nous avons voté pour nos convictions ou stratégiquement. Le résultat est ce qu’il est, mais jamais une élection n’est inutile.

Que des millions de benêts aient voté pour les Conservateurs, soit. C’est décevant. Mais nous avons quand même été tous sollicités pour aller voter. À nous de faire la différence, à nous de faire en sorte que le résultat ne soit pas le même. Nous sommes les seuls à blâmer (mais plus spécifiquement les demeurés qui ne sont pas allé voter, peu importe leurs raisons qui sont, de toute façon, inexcusables et indéfendables) quant aux fruits de cette élection.

Fausse démocratie

Rappelez-vous que nous sommes dans un pays quand même pas pire démocratique, et que notre vote peut changer la donne. Dans certains pays soit-disant démocratiques où c’est toujours le même homme politique qui est élu avec 98% des voies (les 2 autres pour cents étant probablement ceux qui voulaient voter pour quelqu’un d’autre et qui se sont fait descendre avant de voter), on peut certainement se questionner sur la légitimité et l’utilité de ces élection.

Tant que nous aurons le pouvoir de changer un gouvernement suite à la dissolution de celui-ci, une élection restera un geste utile et important, et ne représentera certainement pas du gaspillage. Il faut en profiter et se réjouir d’avoir la chance de pouvoir dépenser 300 millions pour organiser une élection à grande échelle où les gens peuvent voter librement (et même, s’ils le veulent, rester bien assis à regarder Loft Story, aussi sacrant cela soit-il).

Un peu de reconnaissance pour la chance que vous avez d’être nés ici! Allez voter à toutes les élections, et trouvez cela utile!

Un billet signé Le détracteur Constructif

23 commentaires

oct 15 2008


Le Détracteur Constructif

Élections 2008 : Jouissances et rages

Petit résumé de mes réactions d’hier soir, devant la télé, et ce matin devant les résultats :

Jouissance totale

  • L’inepte Michael Fortier qui reçoit une vraie raclée dans Vaudreuil-Soulanges
  • L’idiot du village Luc Harvey qui se fait taper les fesses dans Louis-Hébert (entre autres grâce à mon ami R, merci!)
  • L’abjecte Josée Verner qui n’a pas voté pour elle même parce qu’elle ne savait pas qu’elle pouvait le faire

Bien bien bien

  • L’étonnante Maria Mourani qui est réélue dans Ahuntsic
  • Les députés du Bloc sont réélus chez moi, également dans la circonscription de mes parents, et aussi dans celle de ma mère-grand
  • Le fort respectable Jean Dorion est élu dans Longueuil–Pierre-Boucher

Rage au divan

  • 42% des gens (et, donc, 100% des imbéciles irrécupérables) n’ont pas levé leur cul pour aller voter, et sont en partie responsable de l’imminente fin du monde
  • Des milliers de béotiens ont réélu Stephen Harper
  • Les gens de Louis-Saint-Laurent ont réélu Josée Verner, la femme évoquant l’image de cet instrument servant à labourer la terre et qu’on ne doit jamais mettre devant les bœufs (restons polis…)
  • Justin Trudeau, la nouvelle épine-dans-le-pied-de-tout-le-monde, élu dans Papineau
  • Ceux qui prononcent “rrrssch” plutôt que “ch”, en Beauce, ont réélu le controversable Maxime Bernier. Comme on dit là-bas…  “Ahh vos djeules!”

Conclusion… déçu et satisfait et toujours cyniquement convaincu que la fin des temps approche

Un billet signé Le détracteur Constructif

17 commentaires

« Nouveaux billets - Anciens billets »