Archives de l'étiquette campagne de publicité

déc 18 2008


Le Détracteur Constructif

Ici, on commerce en français

En français!

Ce matin à la radio, j’ai entendu Louis-José Houde.

Il nous racontait, dans une publicité, que s’il voulait aller au restaurant et acheter des enchiladas, des tortillas et autres aliments au nom exotique, c’était son droit. Mais s’il y a une seule chose à laquelle il s’attend au Québec, c’est d’être servi en français.

Plutôt sympathique. Selon la publicité, le gouvernement du Québec fait campagne pour le fait français, encore une fois. Mais pour changer, ils ont décidé maintenant de distribuer des autocollants qui disent “Ici, on commerce en français“. La publicité, en gros, nous dit de chercher les boutiques marquées du logo.

Maintenant, j’imagine que c’est une bonne idée, somme toute. Si la campagne est très, très efficace et que toutes les boutiques francophones affichent ce logo, je n’entrerais peut-être plus dans une boutique qui n’en contient pas.

Mais c’est aussi facile pour une boutique qui ne respecte pas le français de se procurer un autocollant et de l’afficher sur sa vitrine. Aussi, si plusieurs commerces francophones ne se procurent pas l’autocollant, peut-être les gens les éviteront-ils même s’il respecte le français.

Ou peut-être même pire, des vandales voudront peut-être s’attaquer aux commerces qui n’arborent pas le logo, même si ceux-ci respectent la langue.

Bref, c’est douteux, mais l’intention est là… Reste à voir si les commerçants prendront cette campagne au sérieux, et si les gens feront aussi cet effort…

11 commentaires

oct 28 2008


Le Détracteur Constructif

Fait Français : On ne peut pas dire que le gouvernement ne fait rien, mais…

Notre langue…

Vous vous rappelez sans doute qu’il y a quelques mois, il y a eu une importante remise en question du fait français à Montréal.

Suite à des articles publiés par des journalistes, nous avons appris que plusieurs commerces du centre-ville de Montréal refusaient d’embaucher des unilingues francophones, alors que des unilingues anglophones avaient accès aux postes à combler.

Cette pratique est illégale, comme on peut le voir dans le texte suivant provenant du site du Gouvernement du Québec :

Le préambule de la Charte de la langue française consacre officiellement le statut du français comme langue normale et habituelle du travail au Québec. Tous les employeurs du Québec sont tenus de respecter ce droit fondamental.

Il incombe à l’employeur de faire la preuve, pour l’accès à un emploi ou à un poste, d’exiger la connaissance d’une autre langue que le français.

Notre cher Premier Ministre Jean Charest nous avait plus ou moins dit que “Le français ne perdra pas de terrain”, et qu’il n’avait pas l’intention de renforcer la loi 101.

Depuis un mois environ, j’entends tous les jours à la radio des publicités vantant la langue française. Comme quoi elle est notre fierté, comme quoi elle est riche. Le message est signé “Gouvernement du Québec”.

Il y a aussi Impératif Français qui s’en mêle, en faisant la promotion du français au travail, également dans des publicités radiophoniques.

Et pas plus tard qu’hier, alors que j’étais au petit restaurant de l’immeuble où je travaille, j’entendais la radio anglophone jouer. Tout à coup, j’entends une publicité pour encourager les anglophones à saluer les gens en français. En effet, la campagne Bonjour qui a coûté 1.5 millions, explique que “Bonjour is the best beginning“. Bonjour est le meilleur moyen de commencer une conversation.

Critiques…

Pas besoin de vous dire que cette campagne est fortement critiquée par les anglophones du Québec. Je la critiquerai moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Je crois que cet argent est en effet gaspillé, et qu’il devrait plutôt être investi dans le renforcement de la loi 101, et surtout, dans la francisation de toutes les entreprises de Montréal.

Car c’est effectivement le problème dans cette grande campagne. Elle ne se base que sur la suggestion. “Nous vous serions gré de bien vouloir parler français, mais si vous n’avez pas le cœur à ça, tant pis”. Ce n’est pas ainsi qu’on obtient des résultats concrets.

Il y a des centaines et des centaines d’immigrants qui voudraient apprendre le français, mais qui doivent d’abord gagner leur vie et nourrir leurs proches. L’apprentissage du français devient donc un souci secondaire. Ne serait-il pas le meilleur des deux mondes si l’on finançait leur apprentissage de notre langue à même le milieu du travail?

Il me semble qu’il serait fort possible de donner la responsabilité aux entreprises, spécialement aux grandes entreprises qui emploient des milliers de personnes, de s’assurer que leur personnel parle un français convenable. Des incitatifs ont déjà été proposés, comme des réductions d’impôts. Je préférerais plutôt que cela devienne une loi qui devra être respectée, sous peine d’amende.

D’ici là, monsieur Charest, vous pouvez toujours dépenser quelques autres millions afin de dire aux francophones du Québec à quel point leur langue est belle et riche. Cela aura peut-être un effet sur ces jeunes branchés qui se parlent en anglais parce que c’est à la mode. Mais j’en doute. Pour avancer, faudra faire plus, et légiférer dans les entreprises.

Elles en ont les moyens, ça coûte probablement moins cher que la traduction!

6 commentaires