Archives de l'étiquette juste pour rire

juin 01 2008


Le Détracteur Constructif

Le Carcajou frappe au Cabaret Juste Pour Rire. Un seul survivant.

Pour ceux qui n’ont aucune connaissance en matière de Carcajou et de Grimness, je vous invite à lire mon billet “Qu’est-ce que le Carcajou, et pourquoi est-il grim?

Le Cabaret Juste Pour Rire

Vendredi passé, nous sommes allé assister aux auditions pour le Gala Juste Pour Rire. Tout ça dans le cadre de l’émission En route vers mon premier Gala Juste Pour Rire diffusée au Canal Vox.

Le concept est simple: plusieurs humoristes de la relève auditionnent devant nous, des juges en protègent un, le public (via le système Illico) en protège d’autres, et ceux là passent en demie-finale. Le gagnant, en bout de ligne, passera au Gala Juste Pour Rire animé par Mike Ward l’été prochain. C’est un peu le Star Académie de l’humour quoi… Bien que je sois plus ou moins d’accord avec la formule, j’aime bien découvrir de nouveaux talents de l’humour.

Nous allions donc là-bas avec des amis, entre autres pour voir l’étoile montante Eddy King, un québécois d’origine franco-congolaise. Nous souhaitions aussi également voir Jonathan (John) Audet, que nous avions adoré en visionnant les quarts de finales à la télévision.

Finalement, Eddy et John nous font vraiment crouler de rire. Nous sommes vraiment captivés par leur humour. Eddy qui se moque des stéréotypes, et John qui joue le rôle d’un prisonnier qui assume un peu trop ses mauvais coups. J’adore ce dernier, spécialement son côté Pierre Légaré, pince-sans-rire et macabre.

L’attaque du Carcajou

La soirée est vraiment, vraiment longue, car ils y tournent en fait 2 émissions en une soirée. Donc, 12 humoristes, 5 heures de tournage. Entre les humoristes, un animateur vraiment très tordant (et tordu) nous désennuie. Mais parfois c’est vraiment juste long.

Voilà alors que je prends un crayon et que je décide de vaquer à mes occupations de gars qui s’emmerde. Je prends une feuille qui traine, et je dessine un Carcajou. Ouh, qu’il a l’air méchant le Carcajou. Même qu’il a l’air préhistorique. J’écris au dessus du dessin: “Carcasaure“. Après avoir dessiné d’autres folies incluant une tortue, une truie et une vache, je laisse le papier là et je retourne à la table d’à côté, ou siègent Noisette et deux amis.

Alors que la soirée tire à sa fin, les tables sont un peu moins peuplées, et certains humoristes se joignent au public. Comme nous sommes tout près des coulisses, plusieurs humoristes s’installent à la table près de nous, dont Jonathan Audet. C’est alors que son regard se fixe sur une feuille de papier qui traine sur la table. Il la prend, et la fixe intensément, essayant de comprendre le sens de mes coups de crayons. C’est alors que Noisette se lève et va lui dire “T’sais, mon chum a dessiné ça parce qu’il a été inspiré par ton numéro. Ton personnage était vraiment GRIM, et un Carcajou c’est tout aussi GRIM“.

Grim?” répliqua-t-il. “C’est quoi?“.

Et Noisette commence à lui expliquer, avec un peu de mal, car la salle était bruyante. Finalement, je m’impose et lui explique en résumé le lien entre être grim, et le Carcajou.

Il me croit d’abord dessinateur (alors que mon style de barbeau n’a pas évolué depuis mes 15 ans, et que c’est vraiment n’importe quoi). Je lui explique que non, et finalement il me demande s’il peut garder le dessin, et si je peux lui dédicacer. Peut-être que ça lui servira d’inspiration. Après quelques minutes d’élucubrations, il me donne son adresse de courriel. Poignées de mains, et nous quittons, complètement épuisés mais combien étonnés de la tournure des événements.

Ça c’est très drôle. Vraiment trop drôle. Je serais complètement mort de rire de voir mon concept de Carcajou finir dans un numéro d’humoriste. Concernant John, j’espère qu’il connaîtra une belle carrière d’humoriste, car je suis complètement accro à l’humour noir, cynique et corrosif comme le sien. Je ne pourrais pas m’en passer.

9 commentaires