Une atmosphère de pré-coup d’État



Il y a peut-être un semaine ou deux, j’ai entendu Denise Bombardier dire, à la radio, qu’il régnait depuis quelques temps au Québec une atmosphère de pré-coup d’État.

Et je dois vous avouer qu’elle a raison. Je le sais, parce que je vis ces moments avec une sorte d’excitation un peu malsaine. Mais je ne saurais m’en empêcher!

Pourquoi? Simplement parce que dans cette triste époque où le cynisme est roi et où l’adage « Plus ça change, plus c’est pareil » est vérifiable tous les jours, les problèmes et scandales politiques qui sévissent actuellement représentent quand même un peu de changement. Oui, tout cela est scandaleux, navrant et décourageant. Mais c’est toujours mieux que le statu quo.

Je me rappelle ce souper entre amis que nous avions organisé lorsque les partis fédéraux d’opposition songeaient à former une coalition contre le gouvernement conservateur. Ce n’était pas seulement un souper d’intérêt, c’en était un de fête!

Normalement, ces atmosphères pré-coup d’État ne se sentent qu’à des intervalles espacés. Meech, Référendum 1995, etc. À quelques années de distance. Mais cette année, tout arrive. Bastarache et Bellemare, Turcot, refus d’une commission d’enquête publique, aveux honteux de dirigeants, pétition en ligne qui claque des records…

J’ai faim. J’en veux plus. Pour ceux qui se plaignent que le Québec stagne, le Québec est maintenant en mouvement. Pour le meilleur et pour le pire. Mais ça bouge.

Fêtons!




Catégories : Actualité, Médias, Politique

Étiquettes : Atmosphère de pré-coup d'état, Bastarache, Bellemarre, , Commission d'enquête publique

3 réponses to “Une atmosphère de pré-coup d’État”

  1. Darwin  on novembre 26th, 2010

    «les problèmes et scandales politiques qui sévissent actuellement représentent quand même un peu de changement. Oui, tout cela est scandaleux, navrant et décourageant. Mais c’est toujours mieux que le statu quo.»

    Si tu parles des réactions à ces scandales, je te suis. Mais, je rejette la politique du pire pour faire réagir.

    As-tu vu en Irlande, en Angleterre et au Portugal, ça bouge en masse ! Mais, malgré tout, je ne souhaite pas que nos gouvernements portent les droits de scolarité à plus de 10 000 $ par année pour que les gens sortent du statu quo !

  2. Le Détracteur Constructif  on novembre 29th, 2010

    Oui je parle bien des réactions. Les gens sont fâchés. Ils se révoltent. C’est ça que je préfère au statu quo, le statu quo de la population qui se laisse marcher sur le dos. C’est officiel. Je ne nous souhaite pas ce qui arrive en Europe.

  3. MFL  on décembre 5th, 2010

    J’aime…


écrire une réponse